jeudi 26 février 2015

Basta ya ! (EDIT)

EDIT: finalement Blooger est revenu sur sa décision. Je laisse donc cette page active pour l'instant car ce serait stupide de me déconnecter des gens qui me suivaient jusqu'à présent. Un blog au contenu similaire étant aussi sur Wordpress.

___________________________________________________________

[FR] à partir du 15 Mars, Blogger n’acceptera plus les posts contenant de la nudité. Personnellement, je trouve cela très fâcheux puisque 80% de mes images en contiennent, mais pas seulement à cause de ça. Je n’aime pas du tout le monde numérique qu’on nous prépare; déjà qu’il est virtuel, si en plus il devient rétrograde et liberticide, ça devient vraiment le dernier endroit où j’ai envie de me trouver.
Ils suivent en cela l'exemple de Facebook, plateforme sur laquelle mon activité est déjà réduite au minimum tellement ce qui fait le sel des vraies rencontres est ici réduit à grotesque peau de chagrin.

L'esprit du 11 Janvier cher à notre président a d'ors et déjà du plomb dans l'aile... enfin bref, je suis donc forcé à migrer et à passer sous WordPress (jusqu’à ce qu'eux aussi décident que la nudité c’est le mal, voyez-vous je ne me fais aucune illusion).

Si vous voulez continuer à me lire, sans censure, c'est par ICI.

[ENG] From the 15th of March, Blogger won't accept posts containing nudity anymore. Which is kind of a problem to me since 80% of my posts contains some. I don't like the way the internet is turning at all, and I already feel constrained into this virtual world; but if this place also is a retrograde liberty killer, it really becomes the last place I want to be in.

So, for now I am obliged to move my blog to Wordpress (until they also decide that nudity is evil).


If you want to follow me on my travel to a free world it's HERE.

3 commentaires:

El diablo a dit…

Bonjour, effectivement, ça faisait longtemps (en dehors d'Apple) que l'on n'avait pas eu affaire au puritanisme d'Amérique du nord. Je comprends que certains personnes bien intentionnées veillent à ce que nos chères têtes blondes (ou brunes ou rousses, voir chauves ;o) ne tombent pas sans arrêt sur du porno... (n'ayant pas connu la toile dans ma jeunesse... à quel âge on sait très bien chercher "filles sex" dans Google ? Mais bon là c'est un acte volontaire et non pas du hasard). Il me semblait qu'un avertissement -tel qu'il existe à présent- permettait aux gens qui ne veulent pas du nu de ne pas en voir et de passer leur chemin. Pourquoi tout censurer ? (non pas tout d'ailleurs, les vidéos de décapitation, ça passe... ). Le sexe, sans tous ses états, fait quand même partie intégrante de la vie de beaucoup de gens...
Si j'ai bien compris, les blogs qui montrent de la nudité de manière "artistique" seront épargnés ? Après... va savoir où commence et où s'achève l'art ? Ici je pense que démontrer que c'est de l'art ne devrait pas être trop compliqué (quoi que...) mais des magazines comme Play-boy par exemple est-ce de l'art ? De la nudité "gratuite" ?
Quoi qu'il en soit, je pense que vous avez bien fait d'aller voir ailleurs, ça évitera de longues discutions avec je ne sais quel comité éthique chez Google pour récupérer l'accès à votre site après avoir réussi à démontrer que des dessins et des peintures de gens dénudés, ce n'est pas de la sexualité torride mais de l'art.
A bientôt sur le nouveau lieu de vie numérique... sans trop déballer les cartons car effectivement on ne sait jamais quand il va falloir repartir s'installer chez des gens plus ouverts...

Hubert de Lartigue a dit…

Je suis exactement dans même le état d'esprit que toi. Je songe sérieusement à héberger mon propre blog si c'est possible. Faut relire 1984 parce qu'on y est!

Loïc Laurent a dit…

Bonjour,
Pour ne plus subir les dictats puritains des grands groupes, je vous encourage à prendre votre propre hébergement. Là vous serez libre de publier ce que vous voulez (dans le respect de la loi bien sûr) et vous resterez propriétaire de vos données. Certes, ça a un cout mais il n'est pas énorme. J'admire votre travail ! Il serait dommage que la censure le bride.